Les Horaires de Chabbat et sa Paracha

mercredi 31 août 2016
par  Lionel Harari
popularité : 90%

Je souhaite dédier cet article léilou nichmata ma grand-mère Alice Lea Bat Linda zichrona librah’a , décedée Le lundi 3 Nissan , que son mérite nous protège a tous , barouh dayan aémet !

Chabbat REEH-ROCH HODECH ( Samedi et dimanche )

2 Sifré Thora ,

Horaires de Chabbat :

ENTREE : Vendredi 02/09 19H53

SORTIE : Samedi 03/09 20H54

Déroulement des offices :

MINH’A Vendredi 02/09 19H15 suivi d’ARVIT

CHAH’ARIT Samedi 03/09 9H

MINH’A Samedi 03/09 19H30

précédé d’un cours sur ELIYAOU ANAVI ( partie 2 ) à 18H30 suivi de Séouda Chlichit et d’ ARVIT

Dimanche Matin CHAH’ARIT 8H00 avec Sefer Thora 

Attention PAS de Talmud Thora.

Inscrptions au Talmud Thora pour l’année 2016-2017 le Dimanche 11 Septembre de 9h45 à 11h45 au 62 avenue Lei Rima 

Reprise du Talmud thora le Dimanche 18 septembre 2016

Résumé de la paracha  :

La Paracha "Rééh" commence une nouvelle partie du livre de Devarim. Alors que les sections précédentes revenaient sur les événements du peuple dans le désert et sur les leçons à en tirer, celle-ci traite de la venue en Terre d’Israël, et des lois qui s’y appliqueront, en général, et en ce qui concerne les idoles, par opposition au Sanctuaire de Hachem, au lieu qu’Il choisira.

La Paracha commence par l’ordre de donner la bénédiction et la malédiction sur l’accomplissement des Mitsvot, en arrivant à Elonei Moré.

Ensuite, on ordonne au peuple de servir Hachem à l’endroit choisi comme centre unique, après avoir extirpé les idoles, et de ne pas se laisser entraîner par les divers incitateurs qui risquent de faire fauter Israël en les détournant de Hachem. Le corps doit être sanctifié dans sa forme extérieure et dans la nourriture, « car tu es un peuple saint ».

On observera le "Maasser" et la Chemita dans la récolte de la terre et la vie de la société par la chemita de l’argent et la générosité envers les pauvres, et par la Chemita de l’esclave qui redevient libre ou se fait percer l’oreille.

A la fin de la Paracha il est question d’un service plus facile qui a également lieu dans le Sanctuaire, à propos de l’aîné de la bête quand il n’a aucun défaut, et les sacrifices des fêtes.

Un mot sur la paracha :

Haftara de la semaine : «  Infortunée, battue par la tempête, privée de consolation ! » (Yéchaya 54:11 )

Lien avec la paracha : Il s’agit d’une des sept haftarot dites « de consolation » que l’on lit à partir du Chabbat suivant Ticha Béav. Elle contient des paroles de réconfort adressées au peuple d’Israël.

La consolation de la terre d’Israël est une notion récurrente dans notre tradition. Par exemple, à Ticha Béav, nous récitons la prière Na’hem, dans laquelle il est question du « Consolateur de Tsion ». Mais s’il nous est aisé de comprendre la nécessité de consoler le peuple qui souffre de l’exil de la Présence divine, comme l’évoque le prophète (Yéchaya 40:1) : « Consolez, consolez mon peuple », il nous est plus difficile de concevoir cette notion concernant la Terre Sainte.

En fait, il existe de nombreuses mitsvot ne pouvant être accomplies qu’en Terre Sainte, comme, par exemple, la nomination d’un roi ou la chemita.

Leur observance apporterait en quelque sorte une consolation à la terre, qui maintient ses habitants en son sein, comme il est dit (Vayikra 26:3-5) : « Si vous vous conduisez selon Mes lois (…), vous demeurerez en sécurité dans votre pays. »

La Thora ordonne aux enfants d’Israël d’abandonner les pratiques idolatres .

L’idolâtrie ne se réduit pas à l’adoration de dieux étrangers. Dès lors qu’au lieu d’aimer son Créateur, l’homme cultive à la place d’autres centres d’intérêt, il s’agit d’idolâtrie. Tous les plaisirs futiles de ce monde entrent dans cette catégorie. C’est pourquoi il nous incombe de les abandonner, et à la place, comme nous enjoint la Torah, d’invoquer la Présence divine dans le Temple.

Cependant, quelle alternative offrent le Temple et le Service divin aux plaisirs de ce monde ?

Si ces derniers procurent à l’homme détente et repos, peut-on dire qu’il en est de même pour le Service divin ? En fait, nous apprenons des versets cités ci-dessus que le véritable repos et la quiétude ne se trouvent que dans la Torah et le Service divin. Celui qui a déjà tenté de comprendre la Guémara ou les Tossefot sait quelle joie cette étude procure. On y trouve davantage de satisfaction que dans tous les plaisirs artificiels de ce monde. L’histoire suivante nous en donne l’illustration.

Un homme avait un rendez-vous galant. Le même soir, avant l’heure prévue pour celui-ci, devait avoir lieu un cours de Torah. Nous avions promis qu’après le cours, tout participant pourrait solliciter ce qu’il désirait et, avec l’aide de D.ieu, il serait exaucé. Attiré par cette offre exceptionnelle, l’homme s’y rendit. Après le cours, je lui demandai ce qu’il voulait. Il me répondit qu’il n’aspirait qu’à se renforcer en Torah et en crainte du Ciel. Extraordinaire ! Avant le cours, il avait l’intention de fauter, et après avoir goûté à la saveur de la Torah, il n’y pensait plus.

Que nous puissions tous B"H atteindre ce niveau , avec la venue du Machia’h biméra béyaménou Amen !!!

Chabbat Chalom